Notre histoire belge est belle !

 

 

Nous ne sommes pas venus de Pologne, officiers déchus, à la suite d’une des trois insurrections polonaises successives de 1830, 1848 et 1863 contre l’occupant russe, autrichien ou prussien.
Nous ne sommes pas venus de Pologne chercher du travail dans l’industrie wallonne en pleine expansion.

C’est tout simplement l’amour entre deux êtres, dans la tradition catholique polonaise et belge, qui constitue, en 1883, l’origine de notre belgitude.

Les acteurs en sont Józef Mikołajczak (1852-1910), fils de Łukasz et d’Agnieszka Nowaczanka, un polonais de 31 ans de la région de Poznań (Grande-Pologne), à 200 km de Berlin, à mi-route vers Varsovie, et Hortense Leroy (1847-1938), une belge de 36 ans de Jamoigne, à un jet de pierre de l’abbaye d’Orval (Luxembourg).

Lui, un philosophe de l’Université de Leipzig et passionné de chimie devenu pharmacien à Baden-Baden en Forêt Noire (Allemagne), une des grandes stations thermales de leur époque, à 60 km de Strasbourg en Alsace, où se croisent les têtes couronnées et l’aristocratie européenne.
Elle, une jeune femme de la bourgeoisie gaumaise, petite-fille d’ingénieur, géomètre du cadastre, contrôleur des contributions et premier bourgmestre de Jamoigne à l’indépendance de la Belgique en 1830.
Adolescente, l’esprit ouvert sur son temps, elle avait été envoyée par ses parents faire ses études en pension à Metz en Lorraine française, chez les Dames Nicolas.

Baden-Baden fut le lieu de rencontre entre une tradition agricole autour de Książ, à 48 km au sud-est de Poznań pour les Mikołajczak et une tradition minière belge pour les Le Roÿ, devenu Leroy sous le régime hollandais.

En provenance d’Evreux en Normandie, ces derniers s’installent à Herbeumont au XVllème siècle, au Duché de Luxembourg, aujourd’hui le Luxembourg belge, et investissent dans l’extraction réputée de l’ardoise.

Jean-Baptiste Le Roÿ réside à Jamoigne en 1815 à la suite de son mariage avec Rosalie Goffinet. Cette famille y est bien établie et un de ses membres fut élevé en 1867 au titre de baron par Léopold ll.

Jeunes mariés, Józef et Hortense habitent initialement à Laufenburg, le long des chutes du Rhin, dans le canton d’Argau en Suisse, où naîtront Léonie sans descendance et Victor. Ensuite c’est à Rodemack en Lorraine française que naîtront Désirée sans descendance et Marcel. En 1899, ils établissent leur résidence à Bruxelles, rue du Bourgmestre, dans le quartier de l’abbaye de la Cambre. C’est ainsi qu’après avoir vécu en Suisse et en France, les époux Mikołajczak ne choisissent pas la Pologne mais décident de s’établir dans le pays d’Hortense, la Belgique.

La Grande Pologne étant devenue prussienne d’abord, allemande ensuite sous Bismarck, Józef porte, forcé, la nationalité allemande. Ses enfants sont ainsi automatiquement allemands, même s’ils sont nés en dehors de l’empire allemand.

En décembre 1909, le Sénat belge ratifie la demande de grande naturalisation de Léonie et Victor.

En 1912, Victor qui est chaque trimestre à Berlin pour les réunions européennes de l’industrie des métaux non-ferreux, pressent la menace politique et recommande à Désirée et Marcel d’adopter la nationalité belge, ce qu’ils font tous les deux. Mikołajczak prendra alors l’orthographe Mikolajczak, même si plus d’un des anciens de la famille prononceront encore longtemps le “ł” comme un “w”, conformément à la prononciation polonaise.

Ce qui caractérise l’histoire belge de notre famille depuis cette rencontre de Baden-Baden, ce sont évidemment les liens familiaux belges d’Hortense Leroy. Ce sont les amitiés et les mariages avec tant de familles belges, qu’ont noués les fils de Józef et Hortense, Marthe Sepulchre de Liège pour Victor et Hélène Golenvaux de Namur pour Marcel, et leurs dix sept enfants cumulés ensuite.

Ce sont aussi tous ceux qui depuis ont travaillé au service de l’État belge ou de l’économie belge et du Congo.

Enfin, et par deux fois, dès 1914 et dès 1940, c’est l’engagement des Mikolajczak à la défense du Roi des Belges et de la nation.

D’origine polonaise, les “Miko” sont bien une famille belge !

 

Michel Mikolajczak, Pâques 2020, au temps du confinement

 

 

 

Espace privatif

Identifiez-vous pour accéder à l'espace familial

16
07
Ferme du Bercuit 1390 Grez-Doiceau
Date : 16 juillet 2024
SAMEDI 28 SEPTEMBRE 2024 - Tournoi de tennis et AG le même jour

visuel actualites